L’Australie. Premier chapitre. Melbourne – Promontory park – Great ocean road – Sydney – Nelson Bay

Hey !

J’ai pris beaucoup de retard pour écrire encore une fois, mais je n’aurai sûrement pas la wifi avant un long moment alors il est temps d’agir!
Ma remontée de la côte Est de l’Australie a commencé maintenant, et je déborde déjà de souvenirs.
Je vous avais quittés avant mon trip sur la Great Ocean Road. C’était fou! Nous sommes parties ( Anna et moi ) avec deux Australiens et un groupe d’irlandais ( paye ton accent. Je leur décerne clairement la palme d’or). Les deux australiens connaissaient la route par coeur, et surtout les meilleurs spots. On a pu surfé à Torquay, c’était trop bon. On s’est arrêtés devant des paysages incroyables. Quand j’avais cette bière dans la main face à ces enormes roches, le soleil et la musique du van au loin qui continuait de tourner, je me suis dit que j’etais vraiment BEAUCOUP TROP HEUREUSE et surtout très chanceuse.
Le soir, on a dormi dans un free camp perdu en pleine nature. On a partagé notre barbecue avec Margaret ( le koala perché au dessus de nous), et avec Marcus et José les perroquets. Plutôt cool non? Ok il m’en faut peu pour être happy. Dès fois je m’emerveille vraiment pour rien, j’ai l’impression d’avoir 5 ans, mais c’est plutôt stylé d’avoir 5ans!
Etant donné que l’accent irlandais a vraiment ete compliqué à comprendre durant ce weekend, j’en ai profité pour me faire ma petite bulle à certains moments , et savourer à ma façon. J’ai d’ailleurs senti qu’Anna était un peu dans le même mood que moi. Comme le deuxième jour, où nous sommes allées sur cette plage  » des naufragés  » ( une des plus belles à mes yeux) et que l’on s’est assises sur le sable sans dire un mot, on s’est simplement souris, et je sais qu’on avait juste besoin de respirer cet air là. Unique. J’ai pris plein de photos dans ma tête.
C’était trop court, mais trop bon. On en a pris plein la vue et plein le coeur durant ces deux jours, et c’était aussi bien drôle ! Les deux australiens avaient un sens de l’humour énorme.

A notre retour, on a passé notre dernière nuit « clandestinement » à l’appartement du pakpakquipue avec Anna et je suis partie pour Sydney !

Ma petite Laurine de France, David (le colloc australien) et ses frères m’ont gentillement accueillie dans leur humble demeure ( thanks again !). J’ai vu l’opéra de sydney les gars! Il me paraissait plus grand en photo d’ailleurs. J’ai presque été plus impressionnée par le Harbor bridge. Quand je suis montée dessus, c’était grandiose. La vue sur le port, la ville et la baie…Je me suis sentie une fois de plus tellement petite! Comme une naine chez les géants. Une fourmie dans un champ. Une aiguille dans une botte de foin. La miette de M&M’s perdue dans le coin du paquet.
voilà voilà.
J’avais la musique dans mes oreilles et je me sentais juste libre !

Mais je crois que le plus bel endroit était le coin des BLUE MOUNTAINS ( à 2h de Sydney). Ces montagnes plongées dans une lumière bleue grâce aux eucalyptus. Je ne trouve pas les mots pour décrire cette journée. Je retiens surtout l’immensité de cet endroit. Plein de cascades, de nature à l’infini, et d’histoire. D’ailleurs j’ai envie d’en raconter une, parce que je l’a trouve chouette.
Les  » three sisters » est le nom donné aux 3 grands rochers côte à côte que vous pourrez voir sur les photos. C’est un des lieux les plus visités en Australie. C’est très beau, d’accord, mais pourquoi est-ce connu à ce point la et pourquoi est-ce un lieu aussi important pour les aborigènes? ‘Oui je fais mon guide, vous m’écoutez, merci.
L’histoire raconte qu’il y a longtemps, un père vivait ici avec ses trois filles. C’était un médecin. Ce genre de medecin qui soigne avec les plantes et d’autres choses supposées « magiques ». Un jour, il laissa ses filles le temps d’aller chercher les ingrédients pour une de ses potions. Pendant sa marche, il entendit ses enfants crier, et en haut de la montagne il pût voir qu’une bête tentait de les attaquer . Il revînt donc sur les lieux et, s’apercevant que sa potion n’avait aucun effet sur la bête prête à les dévorer, il prît sa baguette et lança son mélange sur les trois soeurs , qui se transformèrent alors en oiseaux et s’envolèrent, échappant ainsi à la mort. ( Harry Potter aborigène). Après ça la bête, beaucoup trop affamée, s’attaqua au père. Ce dernier ne pouvant pas lutter plus longtemps, prit sa baguette et se lança de sa potion. Il devint alors un oiseau à son tour( l’oiseau étant pour les aborigènes un animal sacré) , et laissa alors tomber sa baguette en s’envolant…Voilà pourquoi tant de monde espère trouver sur les lieux cette baguette pleine de pouvoirs et d’histoire.…

CHOUETTE NON?!

Voilà, pour votre culture mes p’tits.

Sinon, j’ai aussi adoré le quartiers des Rocks à Sydney( le premier quartier pris par les colons), plein de petites ruelles et de maisons en brique. Je suis fan des petites ruelles, ça n’a pas changé. J’ai d’ailleurs trouvé des livres old school dans l’une d’entres elle, gratuits et beaucoup trop cools. Sydney est en revanche une ville trop CHÈRE ( 1 tiers de baguette: 10 dollars…Bonjour bonjour, le boulanger peut aller se faire cuire un oeuf) .
La météo n’a pas été grandiose, c’est peut être le seul point négatif . Je voulais vraiment aller à Manly et surfer à Bondi Beach..( oui j’aime les clichés ).C’était dans ma to-do list! Mais du coup ça me donne une autre excuse pour y retourner!
Le dernier soir, on a fêté l’anniversaire de David, c’était bien cool de rencontrer des locaux.

Après ça, j’ai retrouvé Ellen, une amie suédoise d’Anna que j’avais rencontrée à Melbourne et avec qui je m’étais vite super bien entendue. On est parties pour faire du Helpx à Nelson Bay. Le bus nous a déposées à Newcastle vers 23 h. On a passé une nuit la-bas….La nuit de l’horreur hellooo! Amy ( celui chez qui l’on vit en ce moment) avait réservé une « auberge de jeunesse » pour nous ( sous les recommandations de PAUL, le troubadour de français qui est dans la maison avec nous. Non, on aime pas trop le spécimen ).
Après avoir marché sous la pluie avec nos sacs à dos de 3 tonnes dans la ville, on s’est retrouvées dans cet endroit surglauque où il n’y avait personne. Juste des lumières au plafond qui grésillaient, des ventilateurs cassés, des chambres ouvertes sans vie, l’ombre des arbres sur les murs, des toilettes iniobles. Bref, je vous fait pas un dessin, c’était un poquito l’angoisse . Heureusement que je n’étais pas seule. On a évidemment fini par en rire avec Ellen. De toutes façons il n’y avait que ça a faire. Et puis c’était tellement flippant qu’on avait cette excitation ridicule comme devant un film d’horreur que tu veux regarder et ne pas regarder à la fois. Le responsable s’est finalement reveillé et nous a expliqué qu’il avait la gueule de bois et qu’on payerait moitié prix pour avoir attendu. J’ai « dormi » droite comme un piquet, ne voulant pas toucher quoi que ce soit dans ces lits pourris.

Le lendemain, on a donc pris la route pour un futur plus prometteur à nelson bay !
Nous sommes logées et nourries depuis une semaine en contrepartie de 3 ou 4 heures de  » travail » par jour ( étendre le linge, faire la vaiselle et faire prendre la douche aux deux terreurs de jumeaux chinois).
Ce n’est pas vraiment le partage de culture que l’on attendait en faisant du HelpX, car Amy se sert juste de ce système et des backpackers pour ne pas payer d’employés dans son « chicken shop ». Mais nous sommes relativement chanceuses car nous n’avons pas à y travailler (l’équipe est déjà pleine. Pauvres canadiens). On a donc toutes nos après-midi et soirées de libre pour profiter de cet endroit vraiment magnifique. Nelson bay est relativement calme. C’est là où vont beaucoup d’ australiens lorsqu’ils partent en vacances. Plein de plages immenses où faire de la plongée, de montagnes, de jolies petites maisons.
Tous les soirs, on se fait notre picnic devant la mer avec Ellen. Elle est comme moi sur beaucoup de points, c’est parfois assez dingue d’ailleurs. C’est vraiment génial de partager ces moments ensemble. Je sais qu’elle les vit avec autant d’émotion que moi. Et à ce stade de mon aventure, je vois qu’on a pas seulement des compagnons de voyage, on peut réellement nouer des relations d’amitié, des vraies. Même si l’on est en vadrouille tout le temps. J’ai beaucoup de chance dans les rencontres que je fais…
J’allais d’ailleurs oublier de vous raconter notre soirée avec TOM! Lorsqu’on était sur la plage lors d’un de nos habituels apéro, on a rencontré cet australien génial qui faisait le tour de l’australie a bicyclette !! C’est pas fou ? On a passé des heures à parler avec lui. Il était plein d’humour, de sensibilité et d’histoire. C’était comme si on l’avait toujours connu! Cette nuit là nous nous sommes retrouvés comme trois enfants dans la mer, entourés de plancton phosphorescent! C’était magique. J’oublierais jamais.
Malheureusement, boulet que je suis, j’ai donné un mauvais numéro à Tom…On ne verra donc sûrement plus jamais notre petit Tommy aventurier…Je mérite des baffes.

En parlant de Nelson bay et d’aventure, le premier jour Ellen et moi avons marché le long de la baie et nous sommes posées sur une belle plage….jusqu’à ce qu’un orage éclate, et qu’on se retrouve dans les toilettes publiques à attendre que cela se calme. On s’y est endormies comme des quiches ( trop propre miammiam). Quand on s’est reveillées, les toilettes n’etaient plus qu’une île et on etaient encerclées d’eau. JOIE! En reprenant la route, la pluie est retombée de plus belle, on était perdues et personne ne voulait nous prendre en stop car on avait de la boue plein les pieds après l’aventure île-toilettes. On se regardait, je crois qu’on avait envie de pleurer et de rire à la fois. Du coup on a fait un peu des deux.

Après ce mauvais temps du premier jour, on a été très chanceuses. Les trois après-midi plage suivantes, on s’est retrouvées à nager à 5 metres de dauphins…Encore une fois, je n’ai pas d’autres mots, c’est juste magique. Alors je profite de tout et je prends de grandes bouffées d’air pour respirer ces grosses doses de bonheur.
Demain sera notre dernier jour à Nelson Bay. On ira faire une randonnée jusqu’en haut du mont Tomaree, là où la vue est apparemment dingue sur toute la baie. Et après il sera temps de refaire nos sacs et de partir direction Byron bay ! Je ne sais pas quand est ce que j’aurai de nouveau la wifi, car je suis partie pour vadrouiller pendant un mois et demi maintenant.

Miss you, and miss the french food ( oui c’est important et ce sera le mot de la fin/faim )
LOVE.

Publicités

7 réflexions sur “L’Australie. Premier chapitre. Melbourne – Promontory park – Great ocean road – Sydney – Nelson Bay

  1. Lol Pel …. espèce d’Anonyme reconnue !!!
    Merci ma petite soeurette pour ces belles nouvelles, continues à t’en mettre plein la vue !
    A bientôt !!!!
    Je t’aime

  2. J’adore tes photos, quels tas de beaux cailloux tu as vu (j’avoue je kiff là dessus :s !).
    Magnifiques nouvelles. Continue comme ça.
    Plein d’amour

  3. Quel plaisir de voyager avec toi..à travers tes mots et photos !!!! On pense à toi au SR belle aventurière !!! Des bisous

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s